Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand on est souvent dans cette Paix intérieure grâce à une des techniques de méditation révélée pour pratiquer le yoga-originel, notre regard revient à la bonne place. Le plaisir et la gratitude d'être vivant rend pleinement heureux et satisfait.

 

 

Tu disais José dans ton dernier satsang (l’âme orpheline) que nous (notre âme), on a juste envie de retourner dans les bras de notre Père et de se faire dorloter, chouchouter, caresser et qu’on a envie de rien d’autre, juste comme un bébé dans les bras de son père.
 
 
C’est tellement vrai ce que tu dis là !
 
 
Quand je fais la technique du Saint-Nom, que je me mets en Lui, quand je ressens le sourire intérieur et même plus, je suis pleine de douceur, de Paix, d’amour, c’est tellement ce qu’il me faut !
 
 
C’est si bon de pouvoir lâcher prise, se détacher de tout ce qu’on pense, croit, de toutes ces idées préconçues qu’on peut avoir, quand on ouvre les poings et qu’on lâche prise en faisant la technique du Saint-Nom et qu’on se détache véritablement, ça fait tellement de bien !
 
 
Il n’y a rien de meilleur que d’être en Lui et de se laisser aimer, choyer. Ce n’est pas plus compliquer que ça quand on est Marcheur sur la voie de la liberté.
 
 
Quand on aime son Amour, quand on aime être en sa compagnie intérieure, on est tout content, tout heureux d’avoir lâcher, de s’être détaché et d’avoir préféré le Saint-Nom plutôt que soi.
 
 
On a un autre regard sur la vie, elle devient belle, lumineuse, pleine de couleurs, de joie parce qu’on n’a plus tous ces voiles qui nous empêchaient de voir clairement.
 
On redevient ce petit enfant et on retrouve cette insouciance, cette joie d’être simplement en vie, cette joie d’être dans l’instant, à être sa créature, son enfant.
 
La pratique, l’observance de l’Agya est un plaisir, c’est magnifique d’être conscient de Lui le plus possible. C’est devenu plus qu’une habitude, c’est toute ma vie. L’Agya est devenu indispensable comme de boire, manger et dormir.
 
 
Je ne peux pas vivre sans observer l’Agya, je ne peux pas vivre sans conscience du Saint-Nom, parfois plus et parfois moins, bien sûr mais dans l’ensemble, j’aime cette pratique.
 
 
La base de ma vie est d’observer l’Agya. Ce sont trois pieds la méditation formelle, la méditation en action dans la journée et le satsang permettent vraiment d’être à l’abri dans le Saint-Nom, en conscience de Lui de plus en plus profondément. La pratique de ces trois pieds qui sont interdépendants, liés étroitement les uns aux autres est un vrai plaisir, comme quand on est amoureux, on aime être en présence de la personne aimée. C’est pareil pour moi, j’aime être en présence de mon Père divin, alors je fais tout pour en être consciente.
 
 
Le satsang que je reçois ou que je donne me fait gonfler le cœur et je repars ensuite encore plus motivée, dans une posture intérieure idéale. La méditation et le Service en se dédiant au Seigneur c’est merveilleux si on n’est pas premie1) d’ashram, c'est possible quand même.
 
 
Cette pratique apporte un tel réconfort, une rassurance de savoir qu’on est vraiment entre les mains de Dieu et pas seulement une idée, une croyance, un espoir. C’est tellement concret pour moi que ça me fait souvent pleurer de gratitude, de reconnaissance de le ressentir, de l’entendre, de le voir en moi, de remarquer sa Guidance dans ma vie, c’est une explosion de joie et de bonheur à chaque instant quand je suis remplie de son Amour, il prend toute la place.
 
 
1) premie : amoureux de Dieu et quatrième degré de la pratique du yoga-originel
 
(avril 2017)
 
Satsang sur le même thème écris par le guide de la voie Sri Hans Yoganand
 
 
 
Tag(s) : #yogaoriginel, #yoga, #spiritualité, #paix, #bonheur

Partager cet article

Repost 0