Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le thème de ce texte est l'expérience du vrai détachement faite par une pratiquante du yoga-orignel. Elle dit ce qu'elle comprend à force de marcher sur cette voie et l'approfondissement de sa Conscience lui fait découvrir la précision de l'enseignement donné.

 

Suite à certaines remarques que j'ai entendues ces derniers temps, un texte que j'avais lu il y a longtemps quand je me préparais à recevoir la Révélation des techniques de méditation permettant de pratiquer le yoga-originel, un texte m'est revenu à l'esprit et je me suis rendue compte que je le comprenais seulement maintenant. Il s'agissait d'un texte intitulé "Le vrai détachement".

"Le détachement ouvre la porte du Royaume, l'indifférence la referme"

[Bhaktimàrga 1-5-12]
 
A l'époque, je n'avais pas encore d'expérience sur ce qu'est le vrai détachement, quand on remet sa Conscience dans le Saint-Nom en lâchant prise de ce qui tourne dans la tête. Je ne voyais pas l'intérêt ni le rapport entre ces deux mots.
 
Depuis lors, le détachement, est quelque chose que je vis jour après jour en pratiquant la technique de méditation du Saint-Nom autant que possible. Plus je m'attache à Lui, plus je me détache du reste.... de mes pensées, de mes états d'âmes, de mes convictions et de mes avis etc.
 
Ces derniers temps, j'ai souvent eu envie de dire que je m'en fous de la méditation assise mais je sais bien que ce n'est pas de l'indifférence et bien du détachement. Je comprends qu'on pourrait confondre les deux....et cela m'a sauté aux yeux quand plusieurs personnes disaient l'autre jour : "C'est mon avis, et je m'en fiche de ce que tu penses, ou de ce que les gens pensent"....ce n'est pas ça le détachement !
 
Tant qu'on reste attaché à son avis....on est attaché.... en pratiquant la technique de méditation du Saint-Nom, j'ai pu le constaté, on n'est plus attaché à ses avis parce qu'on se rend compte que c'est vain. Ce qui compte n'est pas de s'en foutre de ce que pense ou dit l'autre ni même d'être d'accord ou pas mais de se détacher de son propre avis. Je comprends maintenant cette différence qui est finalement assez subtile et demande de l'expérience dans ce qu'est le vrai détachement.
 
On en revient toujours à la même chose : pratiquer et pratiquer encore ensuite la compréhension vient de l'intérieur sans qu'on la cherche. Sans cette compréhension-là, sans la pratique, ce ne sont que des concepts, une théorie qui ne sert à rien.
 
Alors, c'est difficile d'expliquer à quelqu'un qui n'est pas sur la Voie. On aura des concepts plus justes mais à un moment donné, il faut faire le pas et avancer sur cette Voie. Après, chacun va à son rythme, en fonction de ses possibilités, de son investissement et de sa soif. Sur la Voie, il s'agit de faire, comme tu le disais dans l'un des derniers satsang que tu as publié. «Faire», c'est observer l'Agya : méditer 2 fois par jour, être dans le Service et lire du satsang régulièrement.
 
Le Saint-Nom est toujours là. C'est vraiment une question de se rendre compte de ce qui est déjà là. Tu le dis et le répète tout le temps, José mais maintenant, je le comprends mieux. Le Saint-Nom est là, la Musique est là, la Lumière est là et il suffit d'en prendre conscience. Alors comment faire pour en prendre conscience, c'est simple aussi, on a l'Agya,  les 4 techniques et le guide vivant. Tout ça nous permet d'avoir la bonne posture intérieure pour pouvoir prendre conscience de ce qui est déjà là, c'est tout ! Tu n'arrêtes pas de le répéter José et c'est pourtant seulement maintenant que c'est devenu une évidence pour moi.
 
Ça vient avec l'expérience comme je le disais, il faut le faire et encore le faire, revenir au Saint-Nom à chaque fois qu'on peut que ce soit dans le Service ou dans la méditation formelle. Il est notre planche de salut. C'est ça lâcher prise quand on arrête de regarder ses pensées, de les prendre au sérieux et qu'on leur coupe l'herbe sous les pieds pour revenir au Saint-Nom. Je vois plus précisément ce que signifie être équanime comme on en parlait récemment José, il ne s'agit pas du tout d'être souriant et calme à longueur de journée !
 
C'est bien plus de ne pas être affecté par ses pensées, ne pas agir en fonction de ses états d'âme ni de ses émotions ! Ne pas en tenir compte. Ils passent comme les nuages passent dans le ciel et nous, nous restons toujours dans le même état qui est celui de la conscience du Saint-Nom. On ne dépend pas de son mental parti en roue libre. Alors, on n'est effectivement plus affecté par les sollicitations extérieures, elles restent à l'extérieure et il y a un certain recul qui se crée, une séparation du monde extérieur qu'on voit tel qu'il est et le brouhaha de la confusion qui ne nous touche pas comme l'eau sur la fleur de lotus.
 
Plus on est souvent dans le Saint-Nom, plus on connait cette équanimité-là.
 
Tout cela, tu le dis souvent José et je suis ébahie encore une fois de voir que dans tout ce que tu dis José, il y a plusieurs degrés de compréhension. Plus, on approfondit sa Conscience, plus on va loin dans les couches de compréhension. C'est important de rester suffisamment humble pour ne pas se fixer à un degré de compréhension mais d'accepter encore de ne pas savoir et qu'on peut toujours apprendre encore. Je le constate si souvent à la relecture d'ancien satsang!

(février 2016)
 

Satsang sur le même thème écris par le guide de la voie Sri Hans Yoganand
 
 
Tag(s) : #yogaoriginel, #yoga, #spiritualité, #bonheur, #spirituality, #détachement, #Saint-Nom

Partager cet article

Repost 0