Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il y a dans ce texte une puissance derrière les mots qui révèle la profondeur de l'expérience vécue. Le vide de pensée laisse la place à la toute-puissance de Dieu en nous. Voilà de quoi il est question ici. On y parle aussi d'accomplissement et de satisfaction.

 

 
Pendant longtemps, j'ai eu besoin de mettre des mots sur la compréhension qui me venait de l'intérieur pour pouvoir mettre en forme cette compréhension venue à la surface de la conscience et continuer à marcher, à réaliser ce qui m'aidait à pratiquer me permettant d'être plus facilement dans le Saint-Nom.
 
Maintenant, je n'ai plus envie d'en parler, j'ai la sensation que toutes ces pièces du puzzle qui se sont rassemblées petit à petit pour former une image sont en train de se fondre l'une dans l'autre, de se mêler, de former comme une pâte à pain qui se met à lever, à gonfler et où les différents éléments ne sont plus séparables les uns des autres mais forment un tout cohérent.
 
J'ai seulement envie de parler de l'amour que j'ai pour le Saint-Nom et de la joie que j'ai à être en Lui. Je veux m'abandonner sans plus penser à cette compréhension. Ça ne m'intéresse plus, ce n'est plus actuel. J'ai seulement besoin d'être en Lui sans rien savoir, sans rien penser, sans rien dire, sans rien faire si ce n'est être consciente de Lui dans le vide de pensée.
 
Simplement rien et là c'est le repos total, c'est la pleine satisfaction sans autre désir que d'y être simplement. Ça fait tellement de bien. C'est bien plus accomplissant que de parler, de réfléchir, de dire, d'argumenter, d'imaginer, d’échafauder ni même que de vouloir assembler ces morceaux de compréhension.
 
C'est un autre état de conscience et j'en suis pleine. C'est le Saint-Nom qui prend toute la place et je ne peux que me réjouir de m'effacer. J'ai la chance maintenant d'être dans un état où ces mots comme s'effacer, s'abandonner sont vécus intimement.
 
Le Saint-Nom est mon principal intérêt, je ne cherche même pas à être plus en Lui, je lâche prise, j'ouvre les poings parce que je L'aime et cette soif de Lui qui est là en moi jaillit quand j'arrête de me mettre moi en premier. Si c'est moi qui suis en premier, moi qui veux contrôler, faire, maîtriser, cette soif de Lui est recouverte mais quand je Lui laisse la place alors elle peut sortir et elle est forte. C'est par elle que je peux m'abandonner à Lui. 
 
C'est si subtil ! Pourtant le ressenti de sa présence est de plus en plus puissant, dense, concret, évident.  Il est évident : il n'y a plus d'espace pour les doutes et les questions quand cette évidence apparaît. 
 
Je vois bien que le reste n'est pas si important quand je lui laisse les rênes de ma vie, de ma journée, de chaque instant, quand je Le laisse contrôler ma vie, que je me soumets à Lui, tout marche à la perfection.
 
Il est la perfection, l'harmonie alors si je m'efface et que je Le laisse mener ma vie, elle devient forcément harmonieuse et parfaite. Je me soumets à Lui avec dédication et dévotion. 

(mars 2017)

Satsang sur le même thème écris par le guide de la voie Sri Hans Yoganand

Être dans l'harmonie

Plus forte que la vanité

La satisfaction et les satisfactions

Tag(s) : #yogaoriginel, #yoga, #spiritualité, #bonheur

Partager cet article

Repost 0