Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouver son âme d'enfant et jouir de la Paix intérieure sans autre désir que d'y rester le plus longtemps possible. L'auteur constate que cette Paix intérieure ne l'avais jamais quittée et qu'elle peut maintenant y retourner à volonté en pratiquant le yoga-originel.

 

C'était aujourd'hui une journée où j'avais tout le temps ce sourire béat sinon visible sur les lèvres en tout cas ressenti à l'intérieur.
 

Quand nous sommes sortis cet après-midi, j'ai dit qu'on avait du soleil plein les yeux car il nous avait un peu ébloui et en même temps, je constatais que j'avais déjà tout le soleil du Saint-Nom en moi et j'en suis consciente avec légèreté, facilité, ça coule tout seul. Il est là, il illumine et embellit ma journée.
 
C'était simple et parfait.
 
J'étais au bon endroit à faire ce que j'avais à faire : je méditais sur le Saint-Nom et cela me rendais heureuse de vivre. J'étais en conséquence heureuse de travailler, de sortir, de rentrer, de faire à manger et d'autres choses encore. J'étais heureuse de ressentir la présence du Saint-Nom et ce bonheur fondamental débordait sur tout le reste. La vie devient magique avec cette âme d'enfant confiant en son Créateur, plein de joie simple et insouciante.
 
Je me vois comme quand j'étais petite et que je jouais dans la cour avec des copines, on était heureuses de ce moment, on pouvait aussi se chamailler, parfois même être méchantes les unes envers les autres, mais nous vivions dans cet instant sans se préoccuper de rien d'autre. Il y avait des agressions verbales qui me blessaient profondément à cette période de ma vie mais je me souviens d'avoir été malgré tout dans le bonheur d'être en vie, le bonheur de l'enfance.
 
C'était un état, je le comprends aujourd'hui, sous-jacent, présent en continu par en dessous comme un socle à ma vie d'enfant. Il y avait par dessus des vécus difficiles, des choses traumatisantes qui ont fini par me faire construire un mur, une carapace pour me protéger du monde que je trouvais si agressif, si méchant qui me rendait malheureuse en surface mais au fond de moi, il y avait ce bonheur simple du Saint-Nom mais je n'y prêtais pas volontairement attention...
 
Enfant, j'étais plongée dans la Béatitude mais je ne le savais pas. C'est aujourd'hui que je peux m'en rendre compte car je peux reconnaître au-delà des blessures, ce qu'il y avait au fond de moi à cette époque et qui est toujours là aujourd'hui. A force de fréquenter cette Paix intérieure et de lâcher-prise, l'évidence apparaît.
 
Je disais, il n'y a pas très longtemps encore que je n'avais pas de bons souvenirs de mon enfance mais aujourd'hui, je dois constater qu'il y avait en surface les « mauvais » souvenirs mais en profondeur le souvenir d'un bonheur simple de vivre et d'être.
 
C'est ce bonheur-là que je retrouve maintenant par l'Observance de l'Agya, par la pratique du Saint-Nom, je retrouve mon âme d'enfant qui est toujours la même.
 
Le Saint-Nom n'a pas disparu en devenant adulte mais mon attention était posée ailleurs, sur le passé, les espoirs, les peurs, les avis, les concepts, les croyances, les idées reçues etc. Et aujourd'hui après quelques années de pratique et d'approfondissement de ma Conscience, je remarque qu'effectivement, il y avait dans mon enfance cette présence naturellement et qu'elle n'a pas changé. Je sais aussi que toute ma vie, j'étais en manque de Lui, je me sentais orpheline et rien de ce monde ne pouvait combler ce manque profond.
 
C'est même dans les moments de bonheur procuré par une satisfaction du monde que je me rendais le plus compte qu'il y avait, qu'il devait y avoir quelque chose d'autre, de plus essentiel. Au fil du temps et des années, j'étais arrivée à un point où je n'attendais plus rien de ce que me propose la société car tout cela ne pouvait définitivement pas combler ce manque. Le jour où j'ai rencontré le véritable satsang, la résonance a été très forte en moi et je savais que j'avais trouvé. C'était les retrouvailles avec la Paix, le Saint-Nom, la Béatitude, avec ma maison avec mon Père.
 
Je sais que c'est de là que je viens et que c'est là que je retourne et cette connaissance intime est quelque chose d'absolument grandiose.

La plénitude que je ressens aujourd'hui est à la mesure du vide que j'ai ressenti tout ma vie.
 

(septembre 2016)

Satsang sur le même thème écris par
le guide de la voie Sri Hans Yoganand


Renaître à l'enfant intérieur
Comment être comme un enfant
Renaître à l'enfant

Tag(s) : #yogaoriginel, #yoga, #spiritualité, #bonheur, #conscience

Partager cet article

Repost 0