Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'après ce texte, on aurait pris l'habitude de souffrir et sortir de la confusion demande un effort qui ne peut être motivé que par la soif profonde de la Paix intérieure. Il y a tant de freins qui nous attachent mais c'est pourtant si simple de pratiquer le yoga-originel.

 

Quand je nous vois, les pratiquants de yoga-originel, avec nos différences, nos manières d'aborder la pratique, nos manières d'être…et pourtant nous avons tous une âme identique qui ne demande qu'une seule chose retourner à Lui. Alors quoi ? Toutes ces choses que nous sommes, cet amas de problèmes physiques, psychiques et autres, est-ce cela nous ? Non, bien sûr, on va finir par le savoir en tant que Marcheur mais alors, pourquoi ne nous en séparons-nous pas si facilement…c'est vrai quoi !

Nous nous débattons, nous gigotons dans tous les sens, nous croyons savoir tant de choses sur nous-mêmes après tout nous vivons avec nous-mêmes depuis notre naissance…ce qui fait déjà un certain nombre d'années.

Quand on nous dit de pratiquer, seulement de pratiquer, qu'il n'y a que ça à faire et que tout le reste ne sont que des parasites à notre bonheur intérieur, nous réclamons haut et fort notre droit à penser.

Nous avons pris l'habitude de vouloir tout savoir, de vouloir comprendre, de vouloir contrôler mais pour retourner à Lui, il vaut mieux ne rien savoir, ne rien vouloir ni ne rien contrôler, c'est ainsi. Nous avons le choix à chaque instant : la paix, l'amour, le bonheur ou la confusion.

Ah oui, la confusion…nous nous croyons bien souvent plus malin qu'elle. Elle ne nous aura pas, on a bien compris comment marche le système, alors pas de soucis, on est capable de discerner…en sommes-nous vraiment capable ? Quand on est en plein dedans ? Quand on ne sait même pas la tête qu'elle a cette confusion ? Quand elle devient de plus en plus maline et futée plus on la méprise ?

Non, on en n'est pas capable. Alors il faut d'abord accepter de ne rien savoir, de ne pas être capable, d'arrêter de souffrir.

On a tellement pris le coup de souffrir que le bonheur, la paix, la sérénité et toutes ces choses promises nous semblent d'un autre monde. Pire même, on n'en veut pas.

Ce n'est pas pour moi, cette Douceur, je ne suis pas assez bien pour la ressentir, pas assez "spirituelle" pour la mériter, trop différente pour y goûter.

Mais, elle est en nous cette Douceur, elle y est déjà… elle est là sous cette couche de souffrance, d'attachement, de pensées, de "soi-disant" droit à la liberté, elle est là paisible, elle attend que nous en ayons assez de la dualité.

Elle est là en nous et il n'y a que nous qui puissions y aller, personne ne peut le faire à notre place. On le sait bien, quand on pratique, mais il n'y a pas que les techniques bien qu'elles soient indispensables. Il y a encore cette fameuse "posture intérieure" dont on ne sait pas trop bien ce qu'elle est, en fait, avant de l'avoir intégrée.

C'est ça en fait, il faut pratiquer d'abord et puis comprendre après, peut-être, ce n'est même pas obligé. Parce que pratiquer simplement, humblement est suffisant.

L'homme est par défaut compliqué et il doit faire un effort pour être simple, pour se retrouver dans la simplicité où se trouve une paix infinie, paix qu'il recherche partout sauf en Lui.

Cela peut paraître tellement paradoxal de devoir faire un effort pour être dans ce bonheur infini tant recherché, mais cet effort est si … simple : just do it.

(mars 2014)

 

Satsang sur le même thème écris par le guide de la voie Sri Hans Yoganand

Prenez, n'apprenez pas !

Être je

Simplicité et unité

 

Tag(s) : #yogaoriginel, #yoga, #spiritualité, #simplicité, #libre-arbitre

Partager cet article

Repost 0