Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un maître vivant a pour tâche de guider ses disciples. L'auteur explique dans ce texte l'importance que le guide de la voie de la liberté a pour elle et lui permettant d'approfondir sa pratique. La relation maître-disciple selon la tradition indienne est évidente.

 

Parfois, je n’ai rien envie de dire parce que c’est trop intime, trop personnel, trop profond. C’est difficile de mettre des mots sur ce que je ressens, sur l’effet de la pratique dans ma vie et dans mon intérieur.

J’ai juste envie d’être dans le Saint-Nom et de profiter de cette Paix, de la Béatitude. Et là, il n’y a pas de mots, c’est mieux quand il n’y a pas de mots, moins il y a de pensée, plus on est plongé dedans et plus on en profite. Ce n’est pas compliqué.

Je vois bien encore que ce n’est qu’une histoire d’amour entre le Saint-Nom et moi et cette histoire d’amour demande d’être dans un bon état d’esprit, dans une bonne posture intérieure comme on dit.

Cette posture elle vient avec la pratique, avec le temps, avec la mise en pratique de tes conseils José, elle vient à force de fréquenter le Saint-Nom, à force de lâcher-prise, de revenir sans cesse à Lui, de détachement.

Pour cela, José tu es important parce que tu mets le doigt sur ce qui coince, ce qui fait mal parfois, ce qui nous empêche de nous tourner plus vers Lui et quand on est premie1) c’est ce qu’on cherche.

On a envie d’être avec Lui le plus possible et je vois bien que plus la posture est bonne, mieux c’est. Je suis donc friande tes remarques, de tes remises en question, de tes paroles, José, de tes conseils, de ton enseignement.

Même si sur le moment, je ne réagis pas bien, je me rends compte de plus en plus rapidement que je ne suis pas dans le Saint-Nom, que le faux-égo me titille. Et je te remercie José d’être toujours là et d’être vigilent à ma place pour me tapoter à gauche et à droite et me permettre finalement d’aller plus loin dans cet approfondissement.

C’est bien ton utilité de nous guider. Et nous guider, ce n’est rien d’autre que de nous permettre d’approfondir notre conscience du Saint-Nom, aller plus loin. Comment aller plus loin ? En ayant une meilleure posture intérieure faite de simplicité et d’humilité.

Ça se fabrique à force de pratiquer, de détachement et comment faire autrement ? Tu nous aide à lâche-prise, tu nous aide à nous confronter à notre vanité et à voir ce qui coince, ce qui n’est pas bon pour notre pratique.

Tu nous montre qu’on n’est pas dans le Saint-Nom et qu’on devrait y revenir de toute urgence. Je ne peux pas concevoir la pratique sans toi. Ce n’est pas possible. La voie a un maître vivant avec qui on a un contact fréquent.

Pour ma part, j’ai toujours eu besoin d’être en contact avec toi quotidiennement et pouvoir recevoir ton enseignement avec avidité, c’est toujours le cas aujourd’hui même si je suis à l’ashram. C’est plus direct que par mail évidemment mais même avant d’être ici, j’étais déjà beaucoup en contact avec toi.

Je te racontais ma pratique, mon état, ma vie et tu prenais des occasions pour me guider et que je puisse revenir au centre, pour que je puisse aller plus facilement dans le Saint-Nom.

Tu fais partie de la pratique, tu es le pilier de cet Agya. C’est tout l’intérêt d’avoir un maître vivant et de l’écouter.

(mai 2017)

 

Satsang sur le même thème écris par le guide de la voie Sri Hans Yoganand

Un vrai maître vivant

Les concepts, le maître et la réalité

Bonne et mauvaise voie

Tag(s) : #yogaoriginel

Partager cet article

Repost 0