Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lumière dont parle cette pratiquante du yoga-originel est celle qu'elle voit les yeux fermés quand elle médite avec la technique révélée. À force de pratiquer, tout devient lumineux dans sa vie et elle voit la Création dans sa beauté et sa perfection.

 

Quand je médite sur le Saint-Nom plus profondément dans la journée, c'est comme si j'appuyais sur un interrupteur pour allumer la lumière, tout devient clair, lumineux, le monde apparaît dans sa Création. Tout est brillant, beau, harmonieux que ce soit l'herbe des champs, les vignes, les arbres ou le chant des oiseaux, les gens, tout est emprunt d'harmonie et de perfection : c'est la Création.

L'homme y mélange trop souvent par son inconscience des perturbations. Il fait trop de bruit ! Cette beauté qu'Il a créée pour nous sur cette terre, on peut la voir quand les voiles tombent, derrière, il y a la lumière qui éclaire tout.

Elle illumine tout et ce n'est pas seulement une manière de parler une figure de rhétorique, c'est vrai, c'est la réalité. Elle est là à portée de main. Il suffit d'enlever tous ces voiles qui l'a cachent. Ces voiles finissent par tout assombrir et on ne voit plus rien.

Quand je ne médite pas, la Lumière s'éteint

À un moment donné un jour j'ai médité et tout est devenu lumineux. C'est une manière de vivre, de voir le monde qui est vraie qui est celle que j'aime vivre. Alors évidemment, j'ai plus envie de rester dans la méditation parce que si j'en sors, la lumière s'éteint.

C'est en restant en Lui que ça se passe. C'est en étant en Lui et avec Lui que les choses se passent dans la vie. Des choses inattendues grandes et petites. Sa Grâce est toujours là, mais on n'en a pas conscience, on n'est pas toujours présent à elle. On est présent mais inattentif comme quand j'étais petite à l'école et que j'écoutais d'une oreille plus ou moins distraite ce que disait la maîtresse et babillais en même temps avec ma voisine de table. Je savais bien ce qui se passait au tableau noir mais je n'étais pas attentive.

Et quand tout d'un coup, je me focalise sur Lui vraiment, que je laisse tomber tout le reste, c'est un monde merveilleux qui s'ouvre, un monde magique, féérique, comme chez les elfes ! Mais bien réel, tellement réel, c'est la réalité, je me réveille du rêve et là je sais que c'est la manière correcte de vivre. La manière de vivre correcte pour l'être humain.

L'instant qui compte est celui où on est conscient de Lui

Même si on a eu des vies et des vies à vivre dans l'inconscience et l'obscurité, finalement au bout du bout d'une vie, on vit dans cette clarté, qu'importe. C'est de l'avoir connu, de l'avoir compris, de l'avoir accepté qui compte. Le temps n'existe pas et tout ce qui était passé, tout ce qui a pu arrivé, tout ce qui nous a empêché d'arriver à ce moment béni n'a plus aucune importance et disparaît. C'est effacé.

L'important est d'être justement là dans la Lumière, la clarté, d'être là en Lui. Et à chaque instant, c'est pareil. C'est l'instant, on y est et l'instant d'après on y est plus et de nouveau, ce qui compte c'est l'instant où on y est, ce n'est pas l'instant où on n'y est pas. C'est cet instant où on est en lui auquel on peut s'accrocher pas à celui où on n'y était pas en se disant « oh, je n'y était pas, qu'est-ce que j'ai fais et patati et patata », on s'en fiche. Ce qui compte c'est l'instant où on est en Lui et là on ne se dit plus rien parce que la conscience de Lui suffit, elle se suffit à elle-même, on fait juste en sorte d'y rester.

La perfection n'a pas besoin de commentaire

C'est dommage de se raconter encore plein d'histoire au moment où on est justement conscient de la perfection. C'est tellement dommage de la gâcher par des pensées. On peut simplement être dans cette perfection et en profiter sans rien dire, sans rien penser.

Souvent, il m'est arrivé de vivre un moment intense et en même temps d'avoir peur de le perdre et de m'accrocher à cette peur « ah ! je vais le perdre, je vais le perdre, comment faire pour l'accrocher ? Ça va partir ! » Je n'avais pas encore le réflexe d'arrêter de penser et de méditer tout simplement. Quoi faire ? Et bien arrêter de penser, d'être prise dans cette peur et méditer. Sur le moment, combien de fois, je n'ai pas réussi à ne pas écouter cette peur, ces paroles que je me disais et puis un jour, j'en ai eu assez et j'ai arrêté de penser et évidemment je suis restée dans cette paix intense où j'étais.

Il ne faut pas écouter nos peurs, elles ne sont pas bonnes conseillères. Il ne faut rien écouter du tout, la Musique intérieur, le Saint-Nom oui, écouter attentivement, se focaliser dessus, revenir sans cesse si on s'en éloigne, c'est la seule chose à faire.

(octobre 2013)

Satsang sur le même thème écris par le guide de la voie

Sri Hans Yoganand ji

 

Au commencement

Une pluie de lumière

L'amour du dedans

 

Tag(s) : #yogaoriginel, #yoga, #spiritualité, #bonheur, #Lumière

Partager cet article

Repost 0