Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le texte raconte le bonheur de cette pratiquante du yoga-originel. Tout est une question de conscience et justement le propos de cette pratique spirituelle est d'approfondir sa conscience. Si le cœur vous en dit, écoutez-le !

 

J’ai envie ce soir simplement de chanter ses Louanges, de dire au monde entier comme le Saint-Nom est beau, doux comme c’est magnifique de marcher sur cette voie de la liberté, d’observer son Agya qui est simple. Que ce n’est pas une corvée, un pensum, que ça n’enlève rien à notre vie.

Bien au contraire quand on s’engage dans cette voie, on devient un être humain entier et on traverse l’existence avec légèreté, bonheur et liberté. Un rien nous fait sourire, un rien nous met dans un état de béatitude, de bonheur sans raison que ce soit un oiseau qui chante, le ruissellement de l’eau de pluie, les champs de maïs verdoyants, tout dans la nature nous renvoie à l’intérieur et en partant du Saint-Nom à l’intérieur, on le voit partout à l’extérieur. On est plongé complètement dedans et on en est conscient, c’est ce que cette pratique peut apporter, c’est tellement merveilleux de vivre avec cette conscience que je dois aujourd’hui en témoigner.

Je vais simplement laisser passer le bonheur, l’amour que je peux ressentir en observant l’Agya dans son ensemble qui est en tout indissociable. Je comprends, je remarque depuis longtemps que les trois pieds s’influencent entre eux mais je commence à réaliser que c’est plus que cela encore, c’est une manière de vivre où on est plongé dedans sans qu’il y ait de différence entre l’intérieure et l’extérieur, on est dans le Saint-Nom qui est partout et dans l’Agya avec les moyens qu’il nous donne pour être consciente de Lui du matin au soir.

Il n’y a pas de distinction à faire, quand on est en méditation assise, on peut être exclusivement attentive au Saint-Nom avec les différentes techniques qui nous permette de le ressentir, de l’entendre et de le voir. Dans le Service aussi on est attentif au Saint-Nom mais moins parce qu’on doit en même temps vivre notre existence. On a seulement un part de notre attention posée sur Lui alors qu’en méditation formelle, on peut être entièrement attentif à Lui et dans le satsang, je peux exprimer comme maintenant le bonheur d'être consciente de Lui, d'être dans la dynamique de l’Agya cette manière de vivre qui est quelque chose qu’on ne peut pas imaginer, qui me porte tout au long de la journée d’instant en instant.

Tout revient à la bonne place, simplement comme cela doit être et ce courant de la Grâce qui me porte, qui mène ma vie est dense, concret. Sa présence est tangible. Quand je ressens sa présence aussi concrète, je comprends bien qu’il est la Vérité, il est la présence et quand je suis hors de Lui, tout ce que je peux penser, supputer, imaginer, croire, c’est du vide, rien, du vent mais quand je suis par la méditation, l’observance de l’Agya, je suis dans quelque chose de concret, de vrai, de présent et ce n’est pas du tout une théorie, une manière de penser au Saint-Nom, de penser à la Musique intérieure ou de penser à la Lumière intérieure. Il ne s’agit pas de croire. Je le ressens, je l’entends, je le vois et je suis consciente par mes sens de sa présence universelle, tout le temps et partout. C’est incroyable.

Quand je suis dans cet état de conscience, je me retrouve forcément reconnaissante avec des larmes dans les yeux parce que je reconnais mon Créateur, mon Père et ce n’est pas non plus une façon de parler, je reconnais cette force si dense, si présente, si bienveillante, si pleine d’amour et de compassion. Cette force m’a créée et me maintient en vie et qui est sous-jacente à tout, le début et la fin. Je reste sans voix et par la même occasion je me rends compte que je ne suis pas grand-chose, que ma vie ne m’appartient pas.

Quand on remet les rênes de sa vie entre ses mains par l’observance de l’Agya, on a cette posture où on pose les armes et on se rend, on ouvre les poings et on remet tout entre ses mains, c’est la pratique constante qui le permet concrètement.

Ce que je dis aujourd’hui, je le vis intérieurement de manière très forte et intense. C’est ce que cette pratique m’apporte et je suis comme un petit enfant qui se réjouit de tout et de rien qui ne s’inquiète pas du lendemain et qui est totalement confiant en son Père. Bien sûr que je peux avoir confiance en Dieu… évidemment… mais c’est tellement difficile d’avoir cette pleine confiance et d’arrêter de croire qu’on est capable nous-mêmes de faire, c’est en se mettant dans la pratique du yoga-originel que ces vertus spirituelles viennent automatiquement et la seule chose à faire est d’accepter d’observer l’Agya : service, satsang, méditation et c’est tellement merveilleux de vivre ainsi. C’est le nec plus ultra de ce qui peut arriver à un être humain.

 

Satsang sur le même thème écris par le guide de la voie

Sri Hans Yoganand ji

Yin et yang

L'amour du dedans

Moments de bonheur

 

 

 

Tag(s) : #bonheur, #spirituality, #spiritualité, #yoga, #yogaoriginel, #agya, #vie

Partager cet article

Repost 0