Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce texte décrit ce qui se passe dans la vie de cette disciple du yoga-originel parce qu'elle a lâché-prise, elle s'est détachée et a laissé les manettes entre les mains du conducteur du train de sa vie. Elle vit la Grâce au quotidien avec une confiance totale.

 

Ces derniers jours, je me sens à la merci du Saint-Nom. Sans plus de contrôle sur rien. J’ai la sensation d’être dans un train qui va à toute vitesse vers sa destination et je ne suis pas le mécanicien qui conduit. Que j’en fasse à ma tête ou pas, que je fasse la gueule ou pas, que je sois contente ou pas ne change rien. Je suis dans le train et j’y vais.

Quand je m’aperçois que je suis dans ce train et que je n’y peux rien que j’arrête de vouloir jouer aux manettes en croyant que c’est moi qui contrôle tout et bien je peux enfin me reposer dans ces grands fauteuils pullman et me laisser conduire en faisant confiance à celui qui sait, qui me maintient en vie et qui est le Créateur de ce train et des passagers.

C’est fantastique de s’apercevoir que tout est parfait, que tout a un sens, que tout est bien. Je n’ai pas besoin de mettre mon grain de sel, de maîtriser, de contrôler. C’est ça en fait, le travail est de lâcher-prise, d’être dans cet état d’esprit, dans cette posture intérieure de lâcher, de laisser faire sans en ajouter soi-même en voulant faire plus, faire bien, faire parfaitement, en voulant aller plus vite que le train. C’est vain.

C’est dans cet état d’esprit que je me trouve maintenant et j’en profite. Je profite d’être portée par la Grâce de la laisser faire. Je n’ai pas à me dire quoi que ce soit, c’est tellement évident et clair que je n’ai même pas à réfléchir sur le bien fondé, la raison, le pourquoi et le comment. Je fais ce que j’ai à faire tout de suite, du mieux que je peux et les choses que je dois faire viennent d’elles-mêmes.

Je ne peux pas faire autrement que d’agir tout de suite, je suis poussée par la Grâce et une chose en entraîne une autre dans une harmonie parfaite.

La Grâce est le moteur qui me fait avancer, elle est ma vie et comme je m’en remets à elle par la pratique, je me sens complètement portée. Le lâcher-prise n’est pas du «j’m’en foutisme», ni du laxisme, ni du fatalisme, ni un concept une théorie. C’est le résultat de la pratique du Saint-Nom. En m’accrochant à Lui, je me détache automatiquement du reste, et le reste, on n’a pas besoin de savoir exactement ce que c’est, de tout disséquer, classer, mettre dans des cases avec des étiquettes ! Ce n’est pas très très important.

On reste accrocher au Saint-Nom, à ce roc, à ce centre immuable, on s’accroche et on se détache. Plus on s’accroche fort à lui, plus on se détache. On peut s’accrocher au Saint-Nom avec le bout du petit doigt et rester accrocher au reste de toutes ses forces ou au contraire s’accrocher au Saint-Nom de toutes ses forces et alors on est détaché de tout.

Cette sensation de glisser complètement dans la direction de la Grâce… non en fait ce n’est même pas ça. La Grâce me tire, me pousse, me porte, me soutient. C’est elle qui m’emmène, c’est plus fort que de dire qu’elle me montre la direction où aller.

C’était un peu ça jusqu’à présent mais je suis dans un berceau, un couffin, et elle me porte là où elle veut et je sais que c’est pour mon bien. Ça ne peut être que parfait.

 

Satsang sur le même thème écris par le guide de la voie

Sri Hans Yoganand ji

 

Accepter sans fatalisme

Le village au puits unique

La Grâce existe !

 

Tag(s) : #bonheur, #méditation, #spiritualité, #yoga, #yogaoriginel, #détachement, #Grâce

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :