Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteur commence à comprendre le vrai sens du mot humilité et raconte dans se texte sa pratique du yoga-originel. On a trop tendance à s'attacher à « je » et on n'a plus de place pour le Saint-Nom. Il faut vider son bol avant de pouvoir l'emplir de lait.

 

Une des qualités essentielles pour pouvoir approfondir sa relation au Saint-Nom quand on est pratiquant du yoga-originel est l'humilité. Cette notion, ce mot est quelque chose que j'ai eu beaucoup de mal à comprendre.

Tu m'as souvent dit José au début "garde ton humilité et continue"…"bon, je ne comprends pas très bien ce que ça veut dire mais je continue simplement…" et puis au fil des mois, je peux presque dire des années maintenant, je comprends de plus en plus et de mieux en mieux ce que "être humble" peut signifier vu de l'intérieur et non pas comme un concept.

On est trop attaché à "je"

C'est vraiment de ne plus vouloir tourner autour de soi, d'arrêter d'être le centre du monde, d'être le centre de ses préoccupations, arrêter de toujours dire "je" suis comme ceci ou comme cela, je me connais, je sais, je crois que, mon avis est, je veux me battre…il y a toujours "je" quelque part.…il suffit parfois de se relire ou de se "réécouter" pour s'en rendre compte.

Mais ce n'est pas évident de le reconnaître, de le voir et de l'accepter puis de lâcher pour s'attacher de préférence au Saint-Nom. On est souvent très attaché à ce "je" qui se plaint qui semble être le centre de soi-même, on tourne toujours autour de soi et après on s'étonne qu'il n'y ait plus beaucoup de place pour Lui !

Si on veut le connaître Lui, L'aimer, Le laisser nous emplir, il faut Lui faire de la place.

En se vidant complètement et en arrêtant de se regarder…de se regarder penser, vivre, agir…se vider de toutes ses impressions, sensations, pensées, avis, concepts, idées…ce n'est pas intéressant tout çà. C'est pas vraiment nous, ça change tout le temps, c'est mouvant et ça disparaîtra à notre désincarnation. C'est à notre âme qu'il faut s'identifier en s'attachant au Saint-Nom.

On a besoin de Lui pour vivre

Il est vraiment la seule chose sur quoi on peut compter, qui est toujours présent là et maintenant, quand on en a besoin bien sûr et pas besoin aussi parce qu'on a besoin de Lui pour vivre ! Alors autant en prendre conscience, il est la vie, il est tout en nous et hors de nous.

Prendre conscience de la vie, est déjà faire un pas vers Lui. Le comprendre, le réaliser et vouloir vraiment se donner à Lui, Lui rendre cette vie qui ne nous appartient pas.

Cette compréhension ne doit pas rester que mentale. C'est assez facile de dire "oui, je suis ton enfant", il faut le concevoir de l'intérieur, le vivre et vraiment redevenir un enfant pour entrer au Royaume.

La méditation nous met à l'abri

Il faut arrêter, freiner comme tu disais José l'autre jour, quand on part dans la confusion, le faux-égo, toutes ses impressions et autres états d'âme : stop, médite ! Il n'y a que ça qui soit juste et valable. Si on se dit "peut-être" "je ne suis pas sûr", "je ne sais pas discerner", "je ne sais pas quand faire quoi et comment", on s'en fiche de tout ça. On médite et on passe tout au crible du Saint-Nom et là on est sûr de ne pas se tromper.

Hier soir encore, je faisais cette expérience où j'étais vraiment tirée de nouveau par le faux-égo qui m'entraînait dans des souvenirs désagréables, j'étais malheureuse dans mon coin, à pleurer et m'apitoyer sur ce que j'aurais dû ou pu faire à l'époque etc. et puis ce sursaut qui m'a rappelée "non, tu n'es pas obligée de souffrir" et j'ai mis cette tristesse dans le Saint-Nom en méditant et elle a disparu aussitôt, j'en étais abasourdie !

Cette peine avait complètement disparu, elle était inexistante alors que 2 minutes avant je pleurais dans mon coin. C'est la force du Saint-Nom, de la Grâce.

Elle seule peut nous sauver, c'est dans le Saint-Nom qu'on est à l'abri du faux-égo. On ne peut pas le combattre mais on peut se mettre ailleurs, où il n'est pas.

Rester uni à Lui

Si on n'essaie de se battre contre lui, de le dénicher, de le contourner, de l'esquiver, de juger si ce qu'on pense vient de lui ou pas, ce n'est pas possible, il est plus fort que nous et c'est encore lui prêter de l'attention.

C'est beaucoup plus simple…on se met à l'abri dans le Saint-Nom. La seule chose qu'on peut faire est de méditer, se mettre sous la Grâce et là on est sûre d'y être protéger.

On est alors uni à Lui, un avec Lui, c'est ce qui est notre chemin dans cette existence, passer à travers la dualité en étant uni à Lui.

(février 2014)

Satsang sur le même thème écris par le guide de la voie Sri Hans Yoganand

Freine !

Cesser de se battre

Le mal est plus fort que vous

Tag(s) : #yogaoriginel, #yoga, #spiritualité, #bonheur, #humilité

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :