Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La disciple du yoga-originel ne se laisse plus mener par le bout du nez. Elle est maître de son mental et ce n'est plus lui qui fait ce qu'il veut, créant des états d'âme aussi variés qu'éphémères. En gardant la main sur son mental, on n'est plus l'objet soumis de ses pensées.

 

Je me rends compte que je suis de plus en plus le maître chez moi. Je ne suis plus aussi souvent, plus autant menée par mes pensées, mes états d’âme, les choses qui m’entoure et qui me met dans tel ou tel état, une fois je déprime et une autre fois je suis joyeuse en alternance des événements extérieurs. Cette sensation d’être moi au bon endroit et que tout ce qui vient du mental n’est pas moi. Je me sens à côté de mon mental et de garder la mise dessus.

Aujourd’hui, je peux dire que j’étais si souvent sinon tout le temps entraînée par mes pensées exprimées ou non. C’était mon mental qui menait la danse de ma vie du lever au coucher m’entraînant dans son délire plus ou moins fou.

Il m’entraînait d’une pensée à une autre puis la peur s’installait, le psychotage et me voilà déjà dans la confusion. D’autres fois, c’était des vexations, des émotions, des sentiments qui me fesait passer d’un état à un autre en bon comme en mauvais.

Bien sûr, depuis que je pratique le yoga-originel, je reviens le plus souvent possible dans le Saint-Nom par la technique du même nom. Je reviens au centre où rien ne bouge, où tout est parfait.

Et à force de cette pratique, je ressens aujourd’hui être moi, vraiment, je fais une distinction entre le mental et moi. Je suis l’âme qui voyage dans ce corps dont le mental fait partie. Je me sens maître de ce mental, capable de l’utiliser pour assumer mes tâches quotidiennes. C’est moins lui qui dirige ma vie, qui dirige ma tête, qui me dit quoi faire et son contraire.

Il ne fait plus ce qu’il veut avec moi mais c’est moi qui fait ce que je veux avec lui. Je suis tout étonnée de cet état. C’est venu avec la pratique, à force de plonger ma Conscience dans le Saint-Nom, j’ai fini par m’identifier à elle et non plus à mes pensées, à mon mental. Ce n’est pas quelque chose qui se décrète… ce serait le mental qui décide lui-même de ne plus s’écouter… chercher l’erreur.

C’est l’état dans lequel je vis ma vie de premie d’ashram aujourd’hui et ma vie méditative aussi évidemment. Tout est lié. Si je n’écoute plus le jacassement de ma tête quand je suis occupée la journée, je peux faire pareil quand je suis dans la méditation formelle. Le Service permet entre autres de s’entraîner pour arriver en méditation formelle dans la bonne posture. C’est dans le Service qu’on est confronté à sa vanité et qu’on peut mettre en pratique la voie, la Réaliser, c’est même le but : la Réalisation. Mais qu’importe, ce n’est pas ma motivation principale.

Ce n’est même pas que je n’écoute plus mes pensées, je suis à côté et j’entends papoter, même crier assez fort parfois mais ça ne me concerne pas. Je ne suis pas mes pensées.  Je me suis battue longtemps dans la pratique, vainement. Il suffit de pratiquer, d’observer l’Agya sans plus et sans moins. Le reste n’est pas entre nos mains.

(juin 2017)

Satsang sur le même thème écris par le guide de la voie Sri Hans Yoganand

Qui est vous ?

Qui est je ?

Êtes-vous sûr d'être vous ?

 

Tag(s) : #yogaoriginel, #yoga, #spiritualité, #bonheur, #mental

Partager cet article

Repost 0