Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce qu'on peut attendre d'une pratique spirituelle comme le yoga-originel ne vient pas du jour au lendemain simplement parce qu'on a reçu la Révélation. Il faut pratiquer avec constance pour que la graine puisse pousser et donner les bons fruits tant attendus. 

 

Je relisais un des satsang que tu as remis en page, José, et il disait, comme de nombreux autres satsang, qu’il fallait ranger son mental, qu’il fallait devenir le maître de son mental. Que ce soit nous qu’il l’utilisions quand on en a besoin et non pas lui qui nous mène par le bout du nez là où il veut.


Le moyen est de pratiquer, d’être dans le Saint-Nom, le Service comme nous le savons, nous les pratiquants du yoga-original, d’observer l’Agya dans son ensemble sans rien oublier et de le faire de manière équilibrée pour que la magie se fasse, la transformation intérieure s’opère. Le temps est aussi un facteur important pour la constance. Elle ne se peut que dans le temps.


Je vois bien après quelques années qu’il suffit d’être dans l’Agya et que les choses se font, on commence à réaliser, à être plus dedans.


Quand je lisais ce satsang, il me faisait penser au fait de devoir mourir à la vieille personne… on fait comment ? C’est pareil, on reste dans le Saint-Nom, on y revient sans se laisser submerger par cette vieille personne. On ne tient pas compte de ce qui s’est passé avant, dans le passé, aujourd’hui et maintenant cela n’a plus aucun intérêt. En étant dans la pratique, c’est tout, on en revient toujours à la même chose : fais-le, médite, pratiquer comme tu nous l’a montré à la Révélation, comme tu nous dis de le faire, comme tu nous le suggères puisque que tu n’imposes rien.
C’est le meilleur moyen pour mourir à la vieille personne, pour ranger son mental pour redevenir un petit enfant.


On peut prendre tous ces concepts, toujours, on en revient au Saint-Nom, à la pratique, au lâcher-prise, à accepter de lâcher prise. On est libre de ce qui nous retient. C’est la constance dans le temps qui le permet.


Ce n’est pas plus compliqué que ça tout comme la pratique. On se complique trop la vie et la pratique. Je suis encore sous l’emprise de notre passé : je suis comme ceci ou comme cela, c’est ma personnalité, c’est moi et finalement il y a des pans entiers qui tombent au fur et à mesure de la pratique….. il y a de quoi lâcher prise, de quoi laisser tomber.


C’est de plus en plus évident que je dois m’accrocher au Saint-Nom sans m’intéresser à ma vanité. Bien sûr c’est ce que je fais ! Mais il y a encore de couches !


Ce qui me tient à cœur c'est d’être attaché à Lui et de ne pas trop m’intéresser à moi, je ne suis pas le principal, des choses remontent du passé et alors ? Je ne suis pas obligée de les disséquer, de les examiner dans tous les sens, de m’y accrocher.
On s’en fout, c’est remonté, j’ai pris conscience de quelque chose et c’est terminé et je reviens au Saint-Nom car c’est lui qui gomme tout ça. C’est par lui que je peux me détacher de tout ça.


Il suffit de pratiquer.


Avec la constance, on s’aperçoit qu'on pratique plus profondément, plus souvent, on le fait à des moments où on ne le faisait pas avant parce qu’on était pris dans ces pensées. Tout ça s’effrite et on est plus solide, plus stable dans cette pratique.


La graine de la Révélation pousse et devient un arbre avec gros tronc auquel je suis attachée, j’y laisse ma trace et je me sens beaucoup plus droite sur cette voie de la liberté.

 

Satsang sur le même thème écris par le guide de la voie

Sri Hans Yoganand ji

 

L'âme au bord des lèvres

Observance

Qui est je ?


 

Tag(s) : #méditation, #spiritualité, #yoga, #yogaoriginel, #bonheur

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :